Présentation - 中欧社会论坛 - China Europa Forum

Présentation

Print this article

Le projet vise à créer, au coeur de la façade atlantique de l’Europe, un campus international de partage d’expériences, de formation et de développement de compétences dédié à l’émergence d’une civilisation écologique.

L’initiative est soutenue par les fondations européennes et chinoises impliquées dans la transition écologique et par les acteurs de la société civile : économiques, académiques, scientifiques, culturels, professionnels…

SOMMAIRE

- L’INITIATIVE
- UNE RÉFLEXION COMMUNE
- L’OBJECTIF : LA CRÉATION DU CAMPUS INTERNATIONAL POUR UNE CIVILISATION ÉCOLOGIQUE
- LES MISSIONS DU CAMPUS
- LES MEMBRES FONDATEURS ET LES MEMBRES ASSOCIÉS
- LE RÉSEAU DE COMPÉTENCES ET D’ACTEURS
- PROJECTION DES ACTIVITÉS ET DE L’OFFRE PÉDAGOGIQUE
- LES ÉTAPES DE LA MISE EN OEUVRE
- LAND ROHAN, TERRE D’ACCUEIL DU PROJET
- LAND ROHAN AU COEUR DES MÉTROPOLES DE NANTES, RENNES ET BREST : UN TERRITOIRE PORTEUR DE LA DYNAMIQUE EUROPÉENNE

L’INITIATIVE

Lors de la COP 21 l’Union Européenne et la Chine ont pris des engagements pour l’avenir de la planète. La Chine, signataire de l’accord, est déterminée à oeuvrer pour la transition écologique. Le Président XI JINPING a lui-même parlé de « civilisation écologique » pour souligner l’importance de la question environnementale pour la Chine et le monde entier. Avec l’Institut chinois de recherche sur la Philanthropie, une référence dans le domaine de la philanthropie en Chine, ce sont les forces vives issues de la société civile chinoise qui se mobilisent et se joignent à ce projet innovant.

L’Union Européenne, quant à elle, fait figure de leader dans le domaine de la transition écologique et dans la lutte contre les changements climatiques. La société civile européenne est déjà très impliquée ; de plus en plus consciente des enjeux, elle fait l’apport de propositions et de solutions à l’échelle mondiale. De nombreuses formes de coopérations existent déjà et une nouvelle configuration transdisciplinaire et intersectorielle donnera vigueur au message à porter au plan mondial.

Cette initiative appelle les acteurs des sociétés civiles chinoises et européennes à effectivement coopérer dans un projet commun ambitieux afin de mieux relever ensemble le défi climatique.

UNE RÉFLEXION COMMUNE

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère qui oblige à emprunter la voie d’une meilleure gouvernance pour faire face aux enjeux de niveau planétaire. Sans être hantés par un « krach écologique » qui anéantirait l’humanité, nous devons constater que les biens communs universels sont gravement menacés par la prédation des uns ou la confiscation par les intérêts égoïstes des autres.

Les ressources naturelles ne sont pas inépuisables, l’exploitation intensive des territoires se fait au détriment des plus faibles, l’exaltation du « toujours plus » conduit à choisir le quantitatif plutôt que le qualitatif, avec un gaspillage concomitant des ressources humaines et naturelles.

Nous considérons que les solutions ne peuvent pas être seulement de l’ordre de la correction car toutes les activités humaines soumises au culte de la seule performance économique impactent et sont impactées par la détérioration du climat et la destruction de la biodiversité.

Nous nous interrogeons, comme beaucoup d’autres de par le monde, sur la question déjà analysée par T.W Adorno :

Qu’en est-il de « mener une vie bonne dans une mauvaise vie ? »*

Le Campus International pour une Civilisation Écologique sera le creuset et la source de projets innovants.

Il contribuera activement à la transition écologique grâce à l’implication de la société civile soutenue par des mouvements philanthropiques qui lui apporteront toute la vigueur, la visibilité et l’autonomie nécessaires.

*Cette question est reprise et développée par Judith Butler dans
- Qu’est-ce qu’une vie bonne ?- Payot 2014

C’est un changement de cap qui s’impose et d’abord en ce qui concerne le sens de la vie et de nos activités. Si les peuples et leurs dirigeants s’impliquent dans un nouveau processus plus vertueux pour formuler et apporter des solutions favorables à la transition écologique, l’humanité pourra être fière d’avoir réussi à s’engager dans son plus beau combat.

La philanthropie connait un renouveau en Europe, plus particulièrement en France, et se développe activement en Chine. Elle donne aux individus, comme aux acteurs des territoires tendus vers un nouveau modèle de développement écologique, la possibilité d’accéder aux moyens nécessaires à leur action et à la réalisation de leurs projets.

Au travers du projet de Campus, plusieurs fondations européennes et chinoises, privées ou publiques, s’engagent ensemble pour la transition écologique afin de concevoir et soutenir des actions fédératrices.

A l’occasion de la rencontre internationale « Climate Chance » organisée à l’initiative de la Métropole de Nantes en septembre 2016, elles appellent d’autres fondations et organisations philanthropiques à les rejoindre au sein de l’« Alliance verte des fondations chinoises et européennes ».

Cette manifestation marquera la première étape de la création du Campus International pour une Civilisation Ecologique.

L’OBJECTIF : LA CRÉATION DU CAMPUS INTERNATIONAL POUR UNE CIVILISATION ÉCOLOGIQUE

Grâce au concours actif des fondations, ce Campus International dédié au développement durable et à la transition écologique, fondé sur les apports scientifiques de toutes les disciplines, favorisera la conception et le développement de projets innovants. Par un travail en commun entre chercheurs, praticiens, experts et amateurs-éclairés, le campus soulèvera des problématiques inédites de manière ouverte, explorera des voies nouvelles pour des solutions possibles et favorisera le développement de projets opérationnels pouvant y répondre.

LES MISSIONS DU CAMPUS :

- PARTICIPER À LA REDÉFINITION DES TERMES ET DES NOUVEAUX PARADIGMES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE pour inscrire les générations présentes et futures dans un espace de vie respectueux de la nature et du vivant, sous toutes ses formes.

- CONSTRUIRE UN HAUT LIEU DE DÉBAT ET DE RÉFLEXION en intégrant toutes les disciplines scientifiques, les nouvelles connaissances et innovations technologiques pour comprendre, apprendre et étudier le métabolisme écologique des ressources humaines et naturelles.

- PROPOSER UN ESPACE D’ACCUEIL ET D’ÉCHANGE OUVERT aux acteurs de la société civile, au monde économique, académique, aux scientifiques, aux chercheurs… d’horizons différents et de toutes les régions du monde.

Le Campus International pour une Civilisation Écologique développera un savoir-faire spécifique en hébergement, restauration et bien-être s’inscrivant dans une démarche exemplaire de tourisme durable et responsable au service des professionnels du secteur, première activité économique mondiale et vecteur privilégié de développement.

CRÉER DES PARCOURS INNOVANTS EN DIRECTION DES HAUTS RESPONSABLES PUBLICS ET PRIVÉS AINSI QUE DES CURSUS DIPLÔMANTS D’EXCELLENCE dispensés par des chercheurs, des experts et des responsables d’entreprises et de collectivités dans un cadre original construit, notamment, avec le concours d’établissements d’enseignement supérieur relevant de l’Université Bretagne Loire récemment mise en place. En réunissant universités et grandes écoles, entreprises et pôles d’excellence, dont la densité et la diversité dans ces régions constituent une réalité agissante, c’est une garantie de transdisciplinarité et d’innovation au-delà des frontières des disciplines traditionnelles qui sera offerte à tous les publics.

PROPOSER DES SESSIONS DE FORMATION-ACTION INNOVANTES EN DIRECTION DES ACTEURS OPÉRATIONNELS, indispensables pour apprendre à lire les risques et mettre en oeuvre les dispositifs tant curatifs que préventifs dans les différentes sphères d’activité. Le campus a vocation à « former tout au long de la vie » en prenant en compte toutes les formes d’apprentissage, y compris collectif, avec l’objectif de développer les compétences collectives et territoriales. Il s’agira de favoriser un entrepreneuriat souple, ouvert à une logique d’écosystème d’acteurs permettant la co-création et la coproduction.

ÊTRE L’UN DES VECTEURS D’UNE SOCIÉTÉ PLUS JUSTE, plus inclusive, plus accueillante, mieux informée et formée grâce aux multiples avancées des technologies développées dans l’espace numérique et digitalisé.

QUI SOMMES-NOUS ?

LES MEMBRES FONDATEURS ET MEMBRES ASSOCIÉS DU PROJET DE CAMPUS INTERNATIONAL

Le projet de Campus International pour une Civilisation Écologique est porté par des organisations européennes et chinoises regroupées au sein d’une association de préfiguration.

Membres fondateurs et membres associés :
- FORUM CHINE-EUROPE
- COMITÉ MONDIAL POUR LES APPRENTISSAGES TOUT AU LONG DE LA VIE (CMA)
- LE GROUPE BRÉMOND ET SA FONDATION D’ENTREPRISE LE DAMIER
- ECOORIGIN
- LA CHAMBRE DE COMMERCE LATINOAMERICAINE (CCLAM)
- INSTITUT CHINOIS DE RECHERCHE SUR LA PHILANTHROPIE (BEIJING NORMAL UNIVERSITY CHINA PHILANTHROPY RESEARCH INSTITUTE)
- COMPÉTENCES 21
- COMPLEX’CITÉ
- GIS-ITS, GROUPEMENT D’INTÉRÊT SCIENTIFIQUE SUR LES SYSTÈMES DE TRANSPORT INTELLIGENTS
- ÉCOLE DES MÉTIERS DE L’ENVIRONNEMENT (EME)

LE RÉSEAU DE COMPÉTENCES ET D’ACTEURS

Autour des fondateurs du projet, différents organismes seront mobilisés en France, en Europe et en Chine pour apporter les compétences et les expertises nécessaires à la mise en oeuvre du Campus :
- tant sur le plan privé et public : entreprises, chambres consulaires, artistes, structures techniques et d’expertises, collectivités territoriales, agences d’urbanisme et bureaux d’études, organisations professionnelles, entreprises du secteur culturel…
- que sur le plan académique : Plusieurs établissements d’enseignement supérieur et de recherche, notamment ceux de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, pourront apporter leur concours aux activités proposées par le Campus.

Acteurs de la société civile engagés sur le terrain, conscients des enjeux de la transition écologique et, chacun dans son domaine de compétence, qu’il soit académique, économique, territorial ou associatif, les différentes entités impliquées dans le projet feront converger leurs forces, leurs savoirs et leurs moyens dans la création, l’animation et le développement de ce Campus International pour une Civilisation Écologique.

PROJECTION DES ACTIVITÉS ET DE L’OFFRE PÉDAGOGIQUE

FORMATION ET RENFORCEMENT DES COMPÉTENCES AUTOUR DE TROIS NIVEAUX : − Cursus sino-européen de niveau politique proposant aux auditeurs (chefs d’entreprises, élus, hauts-fonctionnaires…) des sessions ouvertes et un cursus libre (culture, philosophie, géopolitique, prospective…) pour mieux comprendre les approches culturelles des enjeux écologiques. − Cursus de niveau stratégique proposant un « Executive MBA » de Transition écologique pour les concepteurs et porteurs de projets multiculturels ciblant le développement durable. Il sera bâti avec des établissements d’enseignement supérieur partenaires, chinois et européens et avec des acteurs de terrain, afin de croiser différents regards et compétences. − Cursus de niveau opérationnel proposant des séminaires pouvant être appliqués aux activités présentes sur le site du Campus (tourisme durable, école hôtelière, hébergement, restauration, agriculture bio, herboristerie…) comme à d’autres qui y seront accueillies, pour en faire un lieu de démonstration, d’expérimentation et une pépinière de projets.

LES ÉTAPES

2016-2017 PHASE PRÉPARATOIRE MONTAGE DU PROJET, DEUX NIVEAUX :

1. Conception – développement :
- Création de l’association de préfiguration du projet.
- Études de faisabilité et de développement.
- Mobilisation des soutiens et des futurs partenaires.
- Conception des projets pédagogiques et des autres activités.
- Création d’un site internet trilingue (français, anglais, chinois).

2. Infrastructures :
- Adaptation des infrastructures existantes pour accueillir les premiers stages de formation.
- Étude des équipements complémentaires à réaliser.
- Étude de la desserte du site (mobilité).
- Portage et financement des infrastructures.

2018 OUVERTURE OFFICIELLE DU CAMPUS INTERNATIONNAL POUR UNE CIVILISATION ÉCOLOGIQUE

2019 PREMIÈRE PHASE OPÉRATIONNELLE
- Mise en activité du Centre international de formation à Land Rohan.
- Démarrage progressif des programmes et des activités.
- Activation des réseaux de recherche.

LAND ROHAN, TERRE D’ACCUEIL DU PROJET

Le Domaine de Land Rohan est situé entre Nantes et Rennes, à Vigneux-de-Bretagne en Loire-Atlantique.

Il offre dès aujourd’hui des infrastructures remarquables et possède toutes les qualités requises pour développer un projet ambitieux et exemplaire où seront présentées et démontrées des pistes d’excellence reconnues et susceptibles d’accompagner une humanité responsable engagée sur la voie d’une civilisation écologique.

Bénéficiant d’une situation géographique particulièrement propice, le domaine est aussi héritier d’une histoire pluriséculaire à laquelle renvoie son nom, celui d’une famille bretonne illustre : les Rohan.

Le Campus pourra, plus spécifiquement : − Bénéficier de la créativité et de l’esprit d’innovation du Grand Ouest, des structures universitaires, scientifiques et de hautes technologies, portées par les acteurs économiques et des start-ups, sous l’impulsion des métropoles de Rennes et Nantes. − Faire rayonner l’espace régional du Grand Ouest à l’échelle mondiale et développer particulièrement ses relations et collaborations avec des territoires chinois. − Contribuer à diffuser et partager les connaissances et les innovations technologiques en matière de transition écologique développées en Europe, en Chine ou en partenariat. − Faire émerger les compétences du futur pour concevoir, gérer, administrer, faire vivre les territoires de la plus petite échelle à la plus grande dans un esprit de préservation de notre planète.

LES QUALITÉS REMARQUABLES DU DOMAINE DE LAND ROHAN

La surface totale du domaine s’élève à 70 ha. Il comprend 7 habitations, des bureaux contemporains avec 100 postes de travail, 39 hectares de terres agricoles, 20 hectares de boisements dont des chênes centenaires, 3.500 m de plans d’eau, 1.500 m de ruisseaux et un site équestre.

La beauté du lieu doit beaucoup aux paysagistes de l’École du Paysage de Versailles qui l’ont façonné. Grâce aux choix de gestion et d’exploitation écologiques, aux constructions et aux aménagements réalisés et projetés, le site est un lieu d’élection, de rencontres et d’échanges, ouvert, accessible, convivial, attractif. Il dispose d’espaces d’accueil remarquables pour réfléchir, apprendre et se ressourcer dans une nature préservée.

UNE DÉMARCHE TERRITORIALE ET ÉCOLOGIQUE

Le domaine de Land Rohan s’inscrit dans l’histoire et la géographie du Grand Ouest. A travers son aménagement et sa gestion, le groupe Brémond a témoigné de sa capacité à maîtriser les enjeux de développement d’un territoire, à lui apporter une véritable valeur ajoutée et à l’inscrire à la fois dans l’aire urbaine et l’ère écologique. Il y a également démontré sa capacité à gérer la complexité d’un site rural aux multiples usages et à faire cohabiter activités humaines et héritages naturel, paysager et patrimonial.

Pour parvenir à une exploitation écoresponsable qui préserve les ressources, il a mis en oeuvre des actions concrètes parmi lesquelles : − l’inventaire et le maintien des richesses de la faune et de la flore du domaine, − la gestion rationnelle des déchets et des eaux, − l’exploitation privilégiée des ressources naturelles locales, − la mise en place d’un système de production durable pour la gestion du cheptel.

UN ESPACE DE RÉFÉRENCE Nourri par l’expérience professionnelle du groupe Brémond dans la conception de nouveaux lieux de vie, Land Rohan a la capacité d’accueillir un espace de référence ouvert à tous les praticiens, les décideurs, les acteurs économiques et sociaux impliqués dans la gestion et l’aménagement des territoires et dans la transition écologique.

AU COEUR DES MÉTROPOLES DE NANTES, RENNES ET BREST : UN TERRITOIRE PORTEUR DE LA DYNAMIQUE EUROPÉENNE

Le Grand Ouest : limite de l’aventure terrienne de l’Europe et début de son aventure maritime.

Les agglomérations de Nantes, Rennes et Brest ont le statut de « métropole » ; ce sont les trois pôles de référence du Grand Ouest, résolument tournés vers le futur et qui s’impliquent à tous les niveaux dans la transition écologique pour un développement vraiment durable.

En 2014, Nantes et Rennes ont fait partie des neuf métropoles françaises labellisées « French Tech » par le Ministère de l’Économie, du Redressement Productif et du Numérique ; Brest les a rejointes en 2015.

En outre, et ce n’est pas le moindre sujet, la Bretagne et les Pays-de-la-Loire, constituent ensemble la première région agricole et agroalimentaire de l’Union Européenne.

Le Grand Ouest de la France est culturellement très sensible aux problématiques environnementales et au développement durable.

Les universités et grandes écoles participent à cette sensibilisation et à la mobilisation. L’Université Bretagne-Loire, dernière réalisation commune aux deux régions, a pour objectif de développer le potentiel scientifique et académique de ce territoire au niveau national et international.

Liées par la géographie et l’histoire les deux régions et les trois métropoles entretiennent des relations de plus en plus étroites. Le Campus de Land Rohan se situe à leur interface comme un trait d’union.

NANTES MÉTROPOLE : VILLE VERTE ET BLEUE, CAPITALE DES PAYS-DE-LA-LOIRE, MOTEUR DE L’ÉCONOMIE DE L’INNOVATION

A la fois bretonne et ligérienne Nantes Métropole est un territoire très dynamique sur le plan économique et démographique qui compte plus de 600 000 habitants.

Nantes, capitale de la région Pays-de-la-Loire, est située à proximité de l’océan Atlantique, à l’amorce de l’estuaire de la Loire et au point de confluence de l’Erdre et de la Loire. Au cours du XXe siècle, ses activités historiques maritimes et industrielles se sont déportées et développées sur l’estuaire de la Loire et vers Saint-Nazaire, devenu l’avant-port de Nantes. Les deux agglomérations sont d’ailleurs associées dans un même pôle métropolitain.

La stratégie de développement de Nantes prend corps au travers de projets qui font du fleuve, de sa redécouverte, de son intégration à la ville, leur fil conducteur.

Célèbre pour la beauté et la richesse botanique de ses espaces verts, Nantes a reçu en 2013 le prix de la Capitale verte de l’Europe, décerné par la Commission européenne.

Nantes est également la porte du Val de Loire connu dans le monde entier pour ses prestigieux châteaux, ses jardins et ses vignobles.

La Loire, plus long cours d’eau de France (1012 km), est souvent présentée comme le « seul grand fleuve sauvage » d’Europe.

Indomptable et capricieuse, elle est inscrite depuis l’an 2000 par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité au titre de ses paysages culturels vivants. L’intégralité du fleuve a été inscrite comme site d’importance communautaire du réseau européen Natura 2000 au titre des deux directives européennes « Oiseaux » et « Habitats » pour la protection de sa faune et de sa flore sauvage.

RENNES MÉTROPOLE : VILLE UNIVERSITAIRE, CAPITALE DE LA BRETAGNE, MOTEUR DE L’ESPACE EUROPÉEN DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

Rennes, capitale de la Bretagne, se situe au 5e rang des pôles de recherche français avec un tissu dense d’établissements de recherche privés et publics et plus de 9 800 chercheurs.

La population étudiante y est très importante : plus de 60 000 étudiants pour une agglomération d’environ 430 000 habitants. Ville à la fois universitaire et industrielle, Rennes a pour ambition de devenir l’une des 10 premières métropoles européennes à profil universitaire en affirmant sa volonté d’élever la recherche et l’enseignement supérieur au niveau international.

Sur le plan industriel, Rennes dispose d’un savoir-faire et de capacités de production dans les secteurs de la mobilité (automobile, PSA), de l’électronique et des télécommunications.

En tant que capitale de la Bretagne, elle est la tête de pont des secteurs agricole et agro-alimentaire.

Rennes Métropole est soucieuse de soutenir un développement économique ambitieux (Centre des congrès, Cité internationale…) et de renforcer son image et son rayonnement en s’ouvrant sur l’Europe (ligne TGV, aéroport) et vers l’espace atlantique, Rennes étant le siège de la Conférence des régions périphériques maritimes.

BREST : MÉTROPOLE OCÉANE

Brest Métropole est la seconde métropole de Bretagne avec un bassin de vie et d’emploi de 400 000 habitants. Capitale européenne des sciences et technologies de la mer, Brest est notamment le siège de l’IFREMER, l’institut national de recherche sur la mer, de l’Agence des aires marines protégées, de l’Agence nationale des énergies marines renouvelables et du pôle Mer Bretagne Atlantique, un pôle de compétitivité qui regroupe des acteurs de la recherche, de la formation et des entreprises concernés par le maritime.

Deuxième pôle universitaire de Bretagne, Brest dispose d’un vivier de grandes écoles parmi lesquelles Télécom Bretagne. Brest Métropole participe aux grands projets européens de développement grâce aux pôles de compétitivité et à la Technopole Brest Iroise.

La métropole est également très dynamique dans le domaine du numérique.

La présente démarche est initiée par les sociétés civiles chinoise et européenne.

Elle est libre, volontariste, dynamique et ouverte.

Les différentes organisations déjà réunies pour la création du Campus International pour une Civilisation Ecologique, invitent tous les acteurs des sociétés civiles à les rejoindre.

A l’occasion du sommet mondial des acteurs du climat, le Climate Chance, qui se tiendra à Nantes du 26 au 28 septembre 2016, les initiateurs du projet appellent les fondations concernées privées ou publiques, européennes ou chinoises, à fonder ensemble l’Alliance verte des fondations chinoises et européennes pour agir en toute autonomie en faveur de l’avènement d’une civilisation écologique.